venus a la corne de Laussel


venus a la corne de Laussel

En stock

345,00
Le prix affiché est exempt de TVA et il comprend les frais de livraison.


Vénus à la Corne de LAUSSEL Dordogne Périgord Vénus N° MVDP10.  Dite vénus à la corne ou au croissant.

Périgordien I à III.  Gravettien 30 à 22 000 ans BP.  Abri de Laussel face au château de Commarque tout près de l'abri préhistorique de Cap Blanc. Les Eyzies 24.

Vénus de Laussel, « La femme à la corne » bas-relief sculpté sur calcaire, Sireuil 24 Conservé au musée d’Aquitaine Inv. 61.3.1  à Bordeaux.

Dim calcaire, 54 x 36 x 15,5 cm  (Ref : MVDP 10 )

La Vénus de Laussel ou Vénus à la corne est une Vénus paléolithique datant du Gravettien (environ 25 000 ans BP, Paléolithique supérieur). Elle a été sculptée en bas relief sur un bloc calcaire et peinte à l'ocre rouge. Elle correspond à un personnage féminin nu tenant dans sa main droite un objet interprété généralement comme une corne de bison. La Vénus fut découverte en 1911 sur le site archéologique de Laussel, dans la commune de Marquay, en Dordogne. Elle a été trouvée sur un gros bloc de calcaire mis au jour dans une séquence stratigraphique importante, explorée sous un long surplomb rocheux dominant la vallée de la Beune, dans la région des Eyzies. Elle fait partie d’un ensemble de blocs calcaires sculptés de figurations humaines et découverts dans le même site. La paternité de la découverte de la Vénus est attribuée au médecin psychiatre bordelais Jean-Gaston Lalanne. Passionné d'anthropologie et de préhistoire, il avait loué le site de Laussel ainsi que l'abri de Cap Blanc, abri-sous-roche situé à moins d'un kilomètre de là, afin d'y effectuer des fouilles. Celles-ci commencent dès 1908, mais J.-G. Lalanne, retenu ailleurs pour des raisons professionnelles, s'en remet rapidement à ses ouvriers pour la poursuite du chantier. Dans la pratique, la Vénus à la corne fut découverte par les ouvriers employés par J.-G. Lalanne, conduits par le Périgourdin Raymond Peyrille. En 1911, plusieurs œuvres gravées sont découvertes successivement : entre mars et avril, les ouvriers trouvent un bloc orné d’une scène montrant deux personnages ; la Vénus à la corne est mise au jour début décembre ;

Il fut découvert dans cet abri de 115 mètres au total 5 bas reliefs:

1 la vénus à la corne (1911);    2 Le Chasseur (1911);    3 la Tête quadrillée (1911);    4 la Carte à jouer (1911);    5 la Vénus de Berlin (1912).  (tous les détails sur Hominidés.com)

Copie moulage certifié exact à l’original . La copie est exécutée sur la matrice d’origine de l'authentique, donc à l’échelle exacte.

Cette vénus est montée sur socle chêne massif menuisé. Ce type de socle (Gamme Auguste) permet aux objets une amovibilité totale et peuvent être tenue en main pour être admirées.

La matière est de la résine acrylique enrichie par une charge calcaire ocré pour redonner l’aspect de grès coniacien des falaises du Périgord. La présentation du moulage est monolithique, donc comme un bloc de grès plein presque identique en poids à l'original. La patine est étudiée pour être la plus fidèle possible à l’original découvert. Attention ! Bon nombre de fausses patines et de mauvaises formes sont sur le marché.

Vénus vendue avec un dossier d'authentification + sa boite de transport + son socle gamme « Auguste » + frais de port compris =  345 € 

Enlèvement possible en nos ateliers à Saulges (53)sur réservation (se renseigner).

Pour contact Envoyer email :  contact@paleoscope.com      www.paleoscope.com

Duplication même partielle interdite: Tous nos objets sont protégés par Copyrigth © I.N.P.I. 2014

Parcourir cette catégorie : VENUS moulages