Main ENFANT grotte du Fontanet

En stock

265,00 / Pack(s)
Le prix affiché est exempt de TVA et il comprend les frais de livraison.


 

Empreinte Main gauche d’enfant   MMSO 521   Grotte du Fontanet (09)

Ornolac-Ussat-les-Bains 09400. Grotte de Fontanet. Empreinte de main gauche.

Diamètre du moulage 20 cm épaisseur 2,5 cm

Moulé en résine acrylique de synthèse,  à partir du scanner de l'original.

La grotte se trouve dans la haute vallée de l'Ariège, au sud-est du village du Barry-d'en-Bas sur un coteau proche de l'Ariège. La grotte des Églises se trouve à 2,75 km sur la même commune.

Sur l'autre rive de l'Ariège se trouve la grotte de Sainte-Eulalie et la spoulga de Bouan.

Historique

Les premières visites à des fins archéologiques sont effectuées au XIXe siècle. L'étage supérieur est exploré par Antonin Gadal en 1930-1950 à la recherche de traces cathares. En 1940-1947, Denis Cathala, Gally, Mauras et Delteil parcourent la rivière. En 1961, le siphon est franchi par Robert Lacroux. En 1972, Luc Wahl trouve des dessins préhistoriques dans une galerie adjacente. La grotte révèle des empreintes de mains et de pieds dans de l'argile, des dessins, des gravures et des peintures pariétales, dont les analyses rattachent à la période du Magdalénien moyen ou Magdalénien supérieur.

Les peintures pariétales sont découvertes en 1972 et les ossements au sol sont étudiés en 1978.

Une étude archéoacoustique a été conduite par le musicologue Iégor Reznikoff et le préhistorien Michel Dauvois en 1988 dans trois grottes ariégeoises : grotte du Portel, grotte de Niaux et Fontanet.

La grotte appartient à un vaste réseau karstique creusé sur 5 niveaux, dont elle constitue la seule galerie fréquentée par l'homme préhistorique. Elle est dite Galerie Wahl du nom de son inventeur, et s'étend sur une longueur de 300 m, avec une largeur moyenne de 3 à 5 m. Elle s'élargit à mi-parcours en une grande salle, suivie d'un puits. L'accès actuel et l'accès de la découverte se trouvent à l'opposé de l'entrée paléolithique. Les premières figures pariétales sont des traces rouges et noires, suivies d'un grand bison bichrome, à une vingtaine de mètres de l'entrée préhistorique. Sur la paroi gauche sont visibles des signes (ponctuations, claviformes, bâtonnets), deux bouquetins bruns, un cheval noir. A 40 m de l'entrée, un renfoncement dit "l'Alcôve" comporte deux chevaux, une tête de cerf gravée, deux bisons, des tracés indéterminés, des ponctuations, des figures anthropomorphes. Après l'alcôve, la paroi gauche porte un panneau gravé, où l'on distingue plusieurs bisons, une tête de cheval, un avant-train de bouquetin et un arrière-train anthropomorphe. Certaines figures présentent des traces de couleur rouge ou noire. Une niche de la paroi opposée contient des ponctuations rouges. Plus loin, d'autres points et traces rouges sont visibles sur la paroi gauche. En face se trouvent deux bisons gravés, en position verticale. A leur pied se trouve une nappe de ponctuations. Deux nappes du même type se trouvent à l'entrée de la grande salle. Sur le plafond, au-dessus du second foyer, on peut voir des traces noires. La galerie comprend en outre de nombreuses traces et empreintes de mains et de pieds au sol. Autour et dans le puits sont visibles des séries de cupules. Au fond de la galerie préhistorique se trouvent des incisions et un signe formé de cupules. Quelques outils en silex, des boulettes d'argile et des mouchages de torche ont été repérés à divers endroits.

Le premier foyer a fourni une date C14 de 12770 + 42 (Ly2184); un charbon prélevé sur une coulée stalagmitique a donné la date de 13810 + 740 (Ly 846). Ceci concorde avec l'attribution stylistique des figures au Magdalénien moyen (IV), par comparaison avec les représentations des Trois-Frères, Ussat, ou Marsoulas. La présence de claviformes est en outre un bon indicateur chronologique.

Les figures sont relativement mal conservées par rapport à l'excellente et inhabituelle préservation des empreintes au sol, dûe à l'absence de visites et à la pose de passerelles respectant les tracés. Les pigments sont par endroits effacés, à d'autres masqués par la calcite.

La grotte est connue et fréquentée dès le 19e siècle (présence de graffitis de 1843-1848). La galerie ornée est découverte le 6 février 1972 par L. Wahl et quelques amis. J. Clottes est averti peu de temps après et des mesures de protection adéquates sont prises (fermeture solide, installation de passerelles pour protéger les vestiges et sols anciens). Une première campagne de relevés (calques directs, moulages, relevés topographiques) et d'étude est menée de 1973 à 1975 sous la direction de L. Pales. Les ossements au sol sont étudiés en 1978 par F. Delpech et L. Prat. Le foyer n° 1, moulé par M.A. Garcia, F. Rouzaud et L. Wahl, est fouillé en 1979 par ces derniers et J. Clottes. L'art pariétal est étudié par D. Vialou dans le cadre d'une thèse, publiée en 1986.

Parcourir également ces catégories : FOSSILES moulages, VENUS moulages